L’Eveil a connu 2 quarts qui rament…

Oui, je sais, il s’agit d’une longue pause entre ce dernier match contre Carqueiranne, et la modeste mise à jour de ce blog. Ce n’est pas toujours facile d’enchaîner tous les jours les obligations, les aléas de la vie, chacun a son rythme, ses moments imposés… Mais il faut bien avouer que c’est le cœur un peu lourd que je rédige ce texte.

Voici donc un petit retour sur notre dernier match, qui sonnait la fin des matches aller…
Nous recevions Carqueiranne, une équipe varoise qui se présentait avec 8 filles, prêtes à en découdre avec leurs armes habituelles. Une bonne mène, de l’adresse au shoot, de l’agressivité, les ingrédients classique d’un basket efficace.

De notre côté, nous comptions les valides.
Zoé revenait de grippe, 4 jours plus tôt, elle affichait un presque 40°C au compteur.
C’était aussi le cas d’Henola, qui avait passé sa semaine sous la couette et qui avait les jambes faites du même coton. On ajoute au tableau l’absence connue d’Yvonne qui reviendra pour le 27 février et le début des matches retour.
Partiellement opérationnelles, les T&T sisters finissent de panser quelques plaies et donnent ce qu’elles peuvent offrir, sans jamais renâcler à l’effort.
Pour bien faire, et dans l’inquiétude de ne pas pouvoir former un cinq pour démarrer, Joëlle avait fait appel à Eloïse qui complétait l’équipe en arborant fièrement le numéro 14.

Dans ces circonstances, étaient alignées Axelle, Thileli, Maïssa, Zoé et Thiziri. Le match commençait, et il n’est pas exagéré de dire que c’était sur les chapeaux de roues !
Un début comme nous en avions connu au premier quart temps du match contre Draguignan.
Le gros trou d’air qui nous laissait à 16 unités derrière, à 22-6.
Par la suite, nous avons alterné le bon et le moins bon, nous revenions un peu au score, mais Carqueiranne a su gérer, faisant parfois même entrer Mélanie, leur numéro 14, bien moins tonique que le nôtre !
Car si nous éprouvions des difficultés bien réelles, combinaison de fatigue, de blessures, de cumul de matches, de santé défaillante et de problèmes extra sportifs, Eloïse apportait sa combativité du moment, donnant ce qu’elle pouvait dans un environnement pas simple. Ne pas connaître les systèmes en attaque, subir la vitesse et l’agressivité de la ligue, c’était un baptême du feu assez musclé pour notre jeune renfort. Mais en tout cas, tout le long du match, elle aura essayé et n’aura pas baissé les bras, ce qui était le cas d’une partie de nos filles, trop fatiguées.

Un certain manque d’agressivité ou de combativité s’est fait sentir dans l’attaque de ballons au sol, ou pour prendre les rebonds. De même qu’une grande laxité en défense sur la meneuse adverse lui permettait de planter 30 points dans la partie, soit autant toute seule que l’ensemble de nos joueuses !
Une bonne meneuse, qui a sa place en sélection du Var mais qui semble avoir décliné l’invitation… Etrange mais tant mieux pour les Alpes-Maritimes !
Zoé n’est pas exempte de tout reproche sur cette phase particulière de jeu et elle aura goûté au banc pour n’avoir pas appliqué les consignes, c’est très bien comme ça.

Au bout du compte ? Cette solide équipe de Carqueiranne aura remporté son match 64-30, ne nous laissant que quelques miettes et la possibilité de prendre enfin quelques vacances pour respirer, se recomposer, se régénérer. C’est somme toute le  bon moment pour ça.

Quand on y pense, il ne s’agit que d’un match de basket non ?
En ces circonstances, on a perdu un match le samedi, Zoé perdait son grand-père le lundi soir… La vie ne tient qu’à un fil, les émotions se succèdent, qu’elles soient positives ou négatives, nos histoires s’écrivent, se tissent, s’entrechoquent.
Zoé jouera en sa mémoire ses prochaines parties, j’espère qu’elle lui rendra l’hommage attendu.

Je vous laisse avec quelques clichés comme d’habitude. Un petit bonus offert par Céline qui en a pris 3 avec son téléphone. Merci à elle de proposer la mise en abyme du photographe photographié !

« 1 de 2 »

Laisser un commentaire