Joyeux Draguignanniversaire !

En effet, voilà un bon gros gâteau d’anniversaire offert à Joëlle, ça devrait lui faire plaisir, il ne comportait que 38 bougies, comme le nombre de nos points marqués lors de cette courte victoire contre la troupe des ballets de Draguignan !

Parce qu’autant le dire tout de suite, ça n’a pas été un match simple, mais existe-t-il un match facile en basket ? Les petites varoises nous avaient bousculés fortement au match aller, il suffit d’en relire le compte rendu pour s’en convaincre. Il était donc clair que nous n’allions pas réitérer l’ignoble premier quart-temps de l’époque, et c’était concentrées ce samedi que les filles entamaient parfaitement le match.

Un match qui a connu plusieurs phases, de celles qui vous font hurler de plaisir comme frissonner de peur ! Bref, comme d’habitude, nos benjamines prenaient un malin plaisir à torturer nos nerfs et jouer avec comme Godasse de Plomb avec la pédale d’accélérateur de son bolide !

Néanmoins, je me sens obligé d’aborder un sujet qui traite de la simulation des fautes, et je vais en premier lieu remercier les arbitres pour leur vigilance et leur excellent arbitrage. Car après 4 matches contre Draguignan auxquels j’ai pu assister sur les 2 dernières saisons, je m’interroge sur le fond de la formation de leurs joueuses. En effet, dès lors qu’elles se sentent menacées, les petites varoises deviennent soudainement fragiles au point d’en oublier les fondamentaux de leurs appuis et ainsi chorégraphier leurs chutes aussi intempestives qu’exagérées. C’est très pénible, ça fausse le jeu, et ça créé une tension palpable à couper au couteau. Mais si ces attitudes fonctionnent lorsque le match se déroule sous le protectorat de l’arbitre local à Draguignan, nos 2 référents du jour ne se sont pas laissés abuser et ont même brandit la menace d’une sanction technique pour simulation. Dommage que truquer la partie soit le premier réflexe de nos valeureuses adversaires…

Sur ces 4 matchs disputés contre Draguignan, la pourtant sympathique et dynamique meneuse adverse s’est écroulée 3 fois, et par 2 fois elle s’est fait mal à la cheville, ce qui est un comble ! Les parents, soucieux du sort sanitaire de leur fille, lui ont évidemment et légitimement manifesté tout leur soutien. Peut-être de façon trop véhémente d’ailleurs car il était demandé au père de sortir de la salle Barachet, pour ne revenir qu’en fin de match, ce qu’il fit, pour invectiver les arbitres. La conséquence inévitable aura été la rédaction d’un rapport circonstancié…

Sur une attaque un peu soutenue, qui aurait pu être un passage en force vue la façon dont son coude était utilisé, notre malheureuse adversaire numéro 15 chutait en glissant et restait longuement allongée sur le sol. Bilan après passage des pompiers, une entorse du genou. On lui souhaite de se rétablir au mieux, c’est une bonne joueuse au gabarit prometteur.

Ensuite, une autre des filles tombait encore, s’attirant les rodomontades arbitrales, une fois encore fort justifiées. Je repense à nos amies des Niss-Angels qui, il y a 15 jours, se sont vues siffler plus de 20 lancers-francs contre elles dans le dernier quart-temps à Draguignan, voilà qui permettrait de remonter au score et il est dommage d’utiliser de telles méthodes… De plus, cela me semble créer des situations détestables à tous les niveaux, pour tout le monde, joueuses des deux équipes comprises…

Enfin, malgré les longues interruptions, qui auraient pu être fatales à notre équipe, décontenancée et déconcentrée, le match reprenait, avec le suspense haletant des fins de partie où l’égalité parfaite est de mise. C’est sur un dernier panier de Thileli que le match s’achevait et que nos benjamines l’emportaient ! Les festivités pouvaient démarrer, Joëlle allait pouvoir respirer, et souffler, sur ces (légèrement plus nombreuses) bougies comme sur cette fin de match ébouriffante !

Le goûter fut un agréable moment de partage avec toutes les petites, nos adversaires incluses, et nous pouvions ouvrir une bouteille, qui, cette fois, n’était pas pour célébrer le match, c’était chouette ! Et que dire du tire-bouchon utilisé pour l’occasion ? Ahaha, bravo Joëlle ! Et encore bon anniversaire !

Il ne restait donc qu’à ranger, passer un coup de balai et nettoyer le blouson de notre dirigeant préféré, qui s’était roulé dans le sucre glace, mais on ne lui en veut pas, il a vécu la tension du match à la table, pas facile !

Je laisse ici des photos de cette belle épopée du jour !
Il y en aura d’autres plus bas pour les minimes qui affrontaient le leader Saint-Laurentais.
Elles aussi allaient nous offrir tout le suspense possible pour finalement s’offrir la même victoire que nos benjamines !
Bravo à elles !

« 1 de 2 »

Et les photos des minimes !

« 1 de 2 »

Laisser un commentaire