Il a fait chaud dans la rade

Et voilà que les premiers frimas de l’hiver nous rappellent que nous entrons en décembre, et que ce mois nous permet de tous croire au Père Noël. Décembre, c’est aussi le début des matches de la phase retour de notre championnat, qui allait bientôt se voir amputé d’une équipe décidée à jouer en Interligue. Cette association varoise formée de leurs meilleures U15 semblait en pole position, mais, comme il ne faut jamais vendre la peau de l’ours avant de l’avoir tué, il fallait continuer le championnat sur leur lancée, toujours invaincues à ce jour.

Notre match aller s’était soldé par une difficile défaite de 36 points, ce qui donnait assez de confiance à nos adversaires du jour, privées de Lola Lesmond, grippée.
De notre côté, Inès soignait toujours sa blessure et Yvonne était la deuxième manquante à l’appel.

Les 5 majeurs rentraient sur le terrain et la bataille pouvait commencer. Comme lors de notre première confrontation, l’échange technique était beau à voir et nos filles rivalisaient avec l’ogre local sans rougir. Au bout de 5 minutes, il y avait une égalité parfaite. Mais le rythme de la partie, très élevé, faisait déjà haleter les joueuses des deux équipes. La suite de ce début de match basculait à l’avantage de nos adversaires, qui surent profiter de quelques largesses arbitrales qui n’avaient rien d’utiles ni de justifiées… Score 21-10 quand même, nous pensions que le reste allait être compliqué…

Et nos inquiétudes se révélèrent justes quand le deuxième quart-temps démarra, se déroula, et patatras. Les varoises réussissaient tout ce qu’elles entreprenaient, et nous tentions de colmater les brèches autant que faire se pouvait. Mais le 24-9 encaissé était sans appel, la mi-temps venait à point pour calmer et rassurer nos joueuses menées 45-19, et certains esprits agités dans le public local qui se laissèrent aller à un drôle de pugilat en ces temps supposés de fêtes.

Le discours de Michel allait être extrêmement positif et il allait replacer les filles dans le droit chemin technique et physique. De leur côté, sûrement un peu déconcentrées, les filles de Toulon allaient se faire surprendre. En effet, pourquoi continuer de reculer et perdre largement, quand on peut faire valoir aussi nos propres atouts ? Ysae avait beau marquer beaucoup de paniers, chaque prise de balle devenait plus compliquée. Et le troisième quart-temps se soldait par un plus que convenable 16-11.

Mais c’est le dernier quart-temps qui allait nous faire plaisir, parents accompagnateurs, mais aussi cadres et joueuses. Il ne fallait plus montrer que nous étions solides qu’en défense, il allait falloir leur marcher dessus pour leur montrer que nous pouvions les regarder droit dans les yeux. Et les échanges musclés de cette dernière période montrèrent que nos adversaires n’avaient clairement pas l’habitude de se faire rentrer dedans. Notre presse tout terrain, exigeante physiquement, leur faisait perdre des balles que nous savions convertir en paniers pour revenir dans le match. La preuve par le résultat, nous venions de remporter ce quart-temps 19-7, tout comme la deuxième mi-temps en fait. C’est la beauté du mois de décembre, je l’écrivais en préambule ! Pendant un instant, sous les assauts de l’Eveil, nous nous sommes mis à croire au Père Noël !

Mourir dans ce match à 19 points de cette équipe Ô combien dominatrice, c’était un exploit en soi. Les filles ont su répondre au défi lancé, elles ont su le relever et faire preuve d’orgueil, de surpassement. Il n’est clairement pas certain de voir une autre équipe faire un aussi bon résultat dans le championnat. Maintenant, si cette partie avait donné des espoirs, il fallait les confirmer. Et si ce match avait servi de leçon, nul doute que Toulon se préparerait dur pour nous affronter dans ce match qualificatif pour l’Interligue, nous aurons le temps d’en reparler plus tard.

Bravo les filles pour votre match, en voici quelques souvenirs…

« 1 de 2 »

Laisser un commentaire